Business et finances

Pour faire face au fléchissement de la croissance mondiale : Il est temps d’exploiter la complémentarité des pays maghrébins dans le domaine économique

La conjoncture économique internationale enregistre un taux de croissance de 3% pour 2019 soit le taux le plus faible depuis la crise financière  de 2007-2008 contre un taux prévisionnel de 3,4% pour 2020 (3,6% en 2018).

Selon l’FMI, cette baisse est expliquée par:

  • l’augmentation des obstacles au commerce,
    • l’incertitude qui entoure les échanges commerciaux, et
    • la situation géopolitique.

Face à cette situation, il est temps de s’interroger sur les interactions futures entre l’intégration économique et régionale de la Tunisie et sur la manière d’exploiter la complémentarité des pays maghrébins dans le domaine économique. Il va de soi que chaque pays peut prendre lui-même des mesures importantes mais il est évident, voire même essentiel, d’adopter une nouvelle approche axée sur une intégration régionale, bien réfléchie et plus poussée pour accroitre rapidement la prospérité dans l’ensemble de la région et sortir de la situation catastrophique dans laquelle se sont trouvés les pays du Maghreb.

Aujourd’hui, le véritable défi auquel est confrontée la région de grand Maghreb, riche en pétrole, en gaz, en produits agricoles et en tourisme, est de s’intégrer plus pleinement et plus rapidement dans les flux commerciaux internationaux.

Le 17 février 1989, à Marrakech, était fondée l’Union du Maghreb arabe (UMA), rassemblant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie. L’initiative était ambitieuse, qui dessinait une vision politique et un espace économique communs. Mais, minée par les différends politiques, l’UMA s’est révélée incapable de s’affirmer comme ensemble régional. 31 ans ont passé et les économies du Maghreb continuent d’avancer en ordre dispersé. Aujourd’hui, le volume des échanges intra- régionaux entre les pays du Maghreb est l’un des plus faibles au monde (représentent moins de 5 % du total des échanges des pays qui la composent, soit un pourcentage nettement inférieur à celui observé dans tous les autres blocs commerciaux régionaux du monde).

Alors qu’une pleine intégration économique de ladite région permettrait une hausse importante du PIB et du taux de croissance de chacun des pays de grand Maghreb. D’après les projections de la FMI, le gain de croissance découlant de l’intégration commerciale sur la période 2018–23 est de 1,6 % en Algérie, 3,9 % en Libye, 3,4 % en Tunisie, 4,1 % au Maroc et 5,5 % en Mauritanie.

Gains de croissance découlant de l’intégration commerciale (en %)

L’intégration créerait un marché régional de près de 100 millions de personnes disposant chacune d’un revenu moyen d’environ 4.000 dollars en termes nominaux et d’environ 12.000 dollars en parité de pouvoir d’achat. Cela rendrait la région plus attrayante pour l’investissement direct étranger, réduirait les coûts des échanges intra-régionaux et des mouvements de capitaux et de main-d’œuvre, et améliorerait l’efficience de la répartition des ressources.

Une telle intégration ne peut se faire que par un processus de mise en commun des enjeux entre les différents pays, plus particulièrement l’Algérie et le Maroc, qui suggérerait des participations croisées en fonds propres dans les secteurs de l’énergie et de la banque, mais aussi dans les transports et l’agroalimentaire. Aussi, il y a lieu de levée les obstacles aux échanges intra-régionaux, la construction d’infrastructures régionales et l’amélioration du climat des affaires stimuleraient les échanges au sein du Maghreb et d’optimiser les exportations de la zone vers l’Europe, plutôt que de se concurrencer avec les mêmes produits exportés, chacun aurait intérêt à se spécialiser.

Amine BEN GAMRA

Expert Comptable

Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close