Actualités

Corée du Sud :L’église Shincheonji est-elle vraiment responsable de la propagation du COVID-19 ?

Lors d’une conférence de presse virtuelle (en raison des restrictions imposées aux manifestations publiques en Belgique), le CESNUR, le Centre d’études sur les nouvelles religions dirigé par le sociologue italien Massimo Introvigne, et l’ONG belge Droits de l’homme sans frontières, dirigée par Willy Fautré, ont présenté un livre blanc sur  Shincheonji et le Coronavirus en Corée du Sud : Trier la réalité de la fiction.

L’étude est signée par Introvigne, Fautré, Alessandro Amicarelli, avocat des droits de l’homme basé à Londres, Marco Respinti, journaliste italien, et Rosita Šorytė, ancienne diplomate lituanienne et militante de la liberté religieuse.

« C’était une nouvelle expérience, a expliqué M. Introvigne, à cause du virus, nous avons dû interviewer des membres de Shincheonji et des universitaires des nouvelles religions coréennes via Skype. Personnellement, j’étais le seul expert occidental à avoir publié sur le Shincheonji et je me sentais responsable de corriger les informations inexactes qui se répandaient d’un média à l’autre. La théologie de Shincheonji est certainement particulière, car elle croit que certains des événements décrits dans le livre de l’Apocalypse de la Bible se sont déjà produits en Corée du Sud et que son fondateur, le président Man Hee Lee, est le « pasteur promis » qui guidera l’humanité vers le Millénaire. Cependant, elle ne se distingue pas par sa théologie du Millénaire, un royaume millénaire sans maladie ni mort, une idée partagée par des millions de protestants conservateurs. Et elle enseigne que, puisque nous ne sommes pas encore dans le Millénaire, il faut des hôpitaux, des médecins et des médicaments. Certains membres de Shincheonji travaillent eux-mêmes à l’hôpital, et il est totalement faux que les adeptes de Shincheonji se considèrent comme invulnérables à la maladie ou refusent la médecine moderne ou les tests médicauxlors qu’ils sont nécessaires ».Šorytė et Fautré ont déclaré que le fondamentalisme protestant est fort et politiquement actif en Corée du Sud, et qu’il est très perturbé par la croissance de Shincheonji, un mouvement qu’ils considèrent comme « hérétique » et qui se développe principalement par la conversion de protestants coréens. « Bien avant le coronavirus, Šorytė explique qu’ils ont essayé de faire interdire Shincheonji en Corée du Sud ». « Et ils ont pris la loi en main, a ajouté Fautré. Des parents ont kidnappé et détenu leurs fils et filles adultes, et des pasteurs fondamentaliste sont tenté de les « déprogrammer » et de les « dé-convertir » de Shincheonji. Cette pratique a suscité une condamnation internationale lorsqu’en 2018, une femme membre de Shincheonji a été tuée par son père alors qu’elle tentait d’échapper à la déprogrammation ». Fautré a également présenté un livre qu’il vient de publier sur la pratique de la conversion forcée en Corée du Sud.

Amicarelli a expliqué que ce qui est certain à propos de Shincheonji et du virus, c’est que la patiente 31, une femme membre de Shincheonji de Daegu, a été hospitalisée après un accident de voiture mineur le 7 février, diagnostiquée avec un rhume, et renvoyée à sa vie normale, où elle a assisté à plusieurs services de Shincheonji et a déclenché une chaîne d’événements qui a conduit à l’infection de milliers de membres de son église. Ce n’est que le 18 février, alors que ses symptômes s’aggravaient, qu’elle a été à nouveau hospitalisée et testée positive au virus. « La patiente 31, dit Amicarelli, affirme que personne ne lui a parlé d’une possible infection par le virus avant le 18 février, et que l’affirmation des médecins de l’hôpital, qui essaient naturellement de se couvrir, selon laquelle on lui a proposé le test deux fois auparavant et qu’elle l’a refusé, est fausse. Les médecins auraient pu la mettre en quarantaine de force avant le 18 février, mais ils ne l’ont pas fait. En tout cas, quelques heures après avoir appris l’existence du Patient 31, Shincheonji a fermé toutes ses églises dans le pays ».

Le livre blanc donne également des détails sur les listes de plus de 200 000 membres de Shincheonji que le gouvernement a demandées à ce dernier et qui ont été remises dans les six jours. Il cite la déclaration du vice-ministre coréen de la santé, Kim Kang-lip, selon laquelle il n’y a « aucune preuve que Shincheonji ait fourni des listes incomplètes ou modifiées », bien qu’elles comportent certaines erreurs, comme il est normal dans des compilations aussi énormes.

« Il est également vrai, a déclaré Fautré, que certains membres ont tenté de cacher leur affiliation avec Shincheonji, alors que les instructions du mouvement étaient de coopérer avec les autorités. Mais il faut considérer qu’en Corée du Sud, admettre que vous êtes membre de Shincheonji peut vous valoir d’être battu ou renvoyé de votre travail ».

« Shincheonji a-t-il fait des erreurs ? a conclu M. Introvigne. Oui, et le président Lee les a admises publiquement. Shincheonji a peut-être été lent à réaliser l’ampleur du problème, qui menaçait son existence même ainsi que la santé publique coréenne. Mais ces erreurs ne constituent pas une négligence criminelle, et faire d’un mouvement impopulaire le boucémissaire d’une épidémie est une chose que nous avons déjà vue dans l’histoire. Les chrétiens fondamentalistes espèrent que le virus pourra faire ce qu’ils n’ont pas réussi à faire pendant des décennies, à savoir mettre un terme à la croissance de Shincheonji qui se produit à leurs dépens ».

Les auteurs ont noté que la Commission Américaine sur la Liberté Religieuse Internationale a exprimé hier des préoccupations similaires sur le fait que Shincheonji soit un boucémissaire.

Tags
Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close