samedi , mai 26 2018
Vous êtes ici : Accueil / Actualité / M. Majoul au Forum de l’Economiste Maghrébin : La Tunisie a besoin d’une révolution économique et d’une révolution des mentalités

M. Majoul au Forum de l’Economiste Maghrébin : La Tunisie a besoin d’une révolution économique et d’une révolution des mentalités

 

Le Forum annuel de l’Economiste Maghrébin a été consacré cette année au thème de « Mobilités et Ruptures, les Défis de la Tunisie .Organisé aujourd’hui  jeudi 19 avril 2018, cette manifestation à regroupé plusieurs hauts responsables et experts économiques ainsi qu’un grand nombre de participants.

 Forum LEconomiste (1)

Intervenant aujourd’hui dans le cadre de ce forum   , Monsieur Samir Majoul, Président de l’UTICA a affirmé dans son allocution que grâce au cadre juridique et aux mécanismes d’encouragement de l’investissement mis en place par  la loi 72, la Tunisie a vécue des décennies de bonheur et de réussite.

Aujourd’hui, malgré la situation difficile sur le plan économique, le président de l’UTICA a souligné qu’il faut rester positif d’une part et «essayer de relancer notre économie», d’autre part ajoutant qu’il ne faut plus refaire les erreurs du passé mais plutôt en tirer des leçons.

Il a affirmé ensuite  que  «la révolution n’y est pour rien» et que le pays a besoin d’une révolution économique et d’une révolution des mentalités pour surmonter ses difficultés, car  pour sauver la situation économique il faut que toutes les parties prenantes s’y mettent, sans ambition politique.

Abordant la situation de l’entreprenariat  privé, M. Majoul a affirmé que pour permettre à l’entrepreneur privé de mener à bien les projets qu’il initie, l’administration ne doit ni freiner ni être contre les projets, mais bien au contraire, elle doit les soutenir chaque fois qu’il y a de la valeur ajoutée car l’entrepreneur privé prend toujours un risque quand il investi. 

A propos de la chute de la valeur du dinar tunisien, M. Majoul a estimé que la devise nationale  doit être un atout et ne doit pas continuer à pénaliser les opérateurs économiques car «quand vous ne disposez pas de devises et quand vous avez une monnaie qui perd de sa valeur tous les jours, vous ne pouvez pas investir à l’international», a regretté le président de l’UTICA.

M. Majoul, s’est ensuite  interrogé sur les raisons pour lesquelles l’Etat ne donne pas de garanties aux jeunes entrepreneurs pour leurs projets, à l’instar des garanties données aux entreprises publiques.

Abordant la question de l’énergie et en particulier le sujet de l’énergie solaire, le président de l’UTICA  a rappelé les réussites enregistrées par le Maroc qui contrairement à la Tunisie a réussi sa stratégie d’énergie solaire. Il a ensuite appelé les autorités publiques à se lancer encore plus dans la promotion de ce secteur stratégique et d’avenir.

(425)

506 Total Views 3 Views Today

Les commentaires sont fermés.