Vous êtes ici : Accueil / Actualité / Post-3ème édition Trophées des Femmes Entrepreneures & Remerciements

Post-3ème édition Trophées des Femmes Entrepreneures & Remerciements

FET2

Qui a été sacrée Femme Entrepreneure de l’Année ?

Comment laisser passer un début d’année sans célébrer la femme entrepreneure ! La troisième édition “Trophées des Femmes Entrepreneures de Tunisie” a eu lieu le Mercredi 28 Février 2018, de 17h30 à 21h00, au Laico Tunis Hôtel. Organisée pour la troisième année consécutive par le Manager, en partenariat avec la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, cette cérémonie vise à faire connaître le dynamisme de l’entrepreneuriat féminin en Tunisie, mais aussi et surtout à valoriser la réussite des femmes qui entreprennent et à susciter de nouvelles vocations de création d’entreprises.

 

Cette troisième édition ajoute une pierre à l’édifice de l’entrepreneuriat féminin en Tunisie. Elle a rassemblé de grandes figures de la scène politique et économique, notamment Slim Khalbous, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Riadh Mouakher, Ministre de l’Environnement et des Collectivités Locales, Sayida Ounissi, Secrétaire d’Etat à la Formation Professionnelle, chargée de l’Initiative Privée, les Ambassadeurs du Maroc, du Portugal, de Turquie, de hauts commis de l’Etat, chefs d’entreprise et représentants d’organisations internationales.

 

Elles étaient nombreuses à avoir déposé leurs dossiers lors de l’ouverture des candidatures en janvier dernier car l’audace, l’initiative, la prise de risques n’appartiennent à aucun genre en exclusivité. Plus de 100 candidatures ont été reçues dont 74 ont été retenues, couvrant  l’ensemble des gouvernorats. 5 ont reçu des trophées, et une seule portera le titre honorifique de Femme Entrepreneure de l’année 2017. Les projets ont été évalués à raison de 30% sur l’originalité, 10% sur la pérennité (niveau et variation du chiffre d’affaires), une discrimination positive en faveur des régions qui compte pour 20%, 10 % pour l’impact social et 10% pour l’impact environnemental et sociétal. Cinq secteurs d’activité ont été sacrés : l’Industrie, les TIC et Services, la Culture, l’Artisanat et l’Agribusiness.

 

Cette année, le jury était composé de Habib Karaouli, président du jury et PDG de CAP Bank, Ralf Erbel, représentant résident de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, Olfa Soukri, Députée, Douja Gharbi, DG de TechDeco et experte en entrepreneuriat, Alif Mnif, Country Manager de Silatech, Samira Belkadhi, Directeur développement durable à la BTK et Sahar Mechri Kharrat, Directrice du magazine le Manager.

 

Elles se distinguent par leurs parcours, leurs projets, leurs expériences. Mais elles ont toutes un point en commun: la détermination et le courage.

 

Le trophée de l’Agribusiness, sponsorisé par Tunis Ré, a été attribué à Lobna Dems pour son projet de transformation de la figue de Barbarie biologique. Elle commercialise l’huile de pépins issue des figues de Barbarie biologiques pour l’usage cosmétique et agroalimentaires (vinaigre BIO, moringa BIO). Lobna Dems tient son idée de ses recherches scientifiques et du simple constat: disponibilité de la matière première pourtant non valorisée.

Hayet Nasra a reçu le trophée de l’Artisanat, sponsorisé par la Caisse des Dépôts et Consignations. Passionnée par l’histoire de la région où elle a grandi, Hayet Nasra, originaire de Gafsa, confectionne de la tapisserie moderne, Klim et Margoum, représentant l’héritage culturel d’une civilisation vieille de 3000 ans.

Le trophée de la Culture, sponsorisé par la Banque de l’Habitat, a été décerné à Cyrine Gannoun: le Théâtre El Hamra, est l’une des premières salles de cinéma en Tunisie depuis 1922. Laissée à l’abandon, elle fut revigorée par le grand homme de théâtre tunisien Feu Ezzeddine Gannoun, décédé en 2005. Transformée en un foyer d’arts et de culture depuis 1987, sa fille Cyrine Gannoun, qui a repris le flambeau, en a fait une plateforme pour jeunes talents où elle produit entre 2 et 6 spectacles de théâtre et de danse par an. De même le théâtre El Hamra abrite le Centre arabo-africain de Formation et de Recherches Théâtrales pour les jeunes professionnels issus des pays arabes et africains et opérant dans toutes les spécialités des arts, métiers et techniques de la scène.

Emna Ben Ali est la gagnante du Trophée TIC et services, sponsorisé par Tunisie Télécom. Son projet comprend l’Internet des objets (IoT), l’automatisation industrielle, la réalisation des cartes électroniques et la centralisation de l’éclairage public par internet. Son idée a jailli suite aux stages effectués au sein de la direction régionale des équipements et la Société tunisienne d’électricité et de gaz. L’internet des objets appliquée à l’éclairage public est une innovation permettant de réduire l’énergie dissipée, le budget de l’éclairage public, et d’économiser le carburant des ouvriers qui se déplacent pour entretenir ou vérifier l’état de l’éclairage public. .Elle est également lauréate du Prix national du meilleur plan d’affaires en 2014.

Le grand Titre de « Femme Entrepreneure de l’Année 2017 » revient à Leïla Ben Braiek Ayadi, qui remporte le trophée pour l’Industrie. Leïla Ben Braiek Ayadi opère dans la construction métallique et mécanique. Son entreprise est spécialisée dans l’étude, la fabrication et le montage des usines de production, les systèmes de manutention et de convoyage, la chaudronnerie en acier noir et en inox. Elle est originaire de la Ghraba, à Sfax. Ancienne Directrice Administrative et Financière d’une société de construction métallique et mécanique, elle prend son courage à deux mains pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, non des plus bénignes, et lance en 2009 la SLPI « Société le Progrès Industriel ». Le progrès, c’est bien à elle qu’elle le doit, puisque Leïla a essuyé de nombreux échecs, maintes fois confrontée aux difficultés de l’environnement économique et social, particulièrement après 2011. En 2017, SLPI enregistre un chiffre d’affaires de 1 700 000,000 DT. Son objectif : prouver que la femme tunisienne est capable de réussir dans tous les domaines même dans la transformation des métaux. De quoi éveiller les esprits et redonner un coup de punch à celles, mais aussi à ceux, qui n’osent pas encore !

  (260)

Les commentaires sont fermés.